Publié dans Poésie ou Art poétique, au choix!, Vers courts pour longs Temps

Vers courts pour longs Temps, Saison 1, Temps 3

Tombe le voile cendré
Drape les landes d’une mort annoncée
Ça et là du tombeau transpercent des flammèches.
La destinée lit le devin dans les attendues sauveuses:
L’ourse mère mène le pas,
Sur la mer danse le blé blond,
Nocturnes étincelles y veilleront.

*****

L’eau stagnante et verte du marais empoisonne,
L’onde courante et bleue de la rivière poissonne,
Mince filet et fleuve bouillonnant,
Serpentent ou bondissent, apportent la vie,
L’inaction apporte la mort.

*****

Les pointes de feu jaillissent vers le sol
Délivrent les enchaînés de leur prison de glace
Libres et ivres de grands espaces
Les pieds fermement campés
Ils s’élancent drus et fiers
Tendent leurs bras vers leur sauveur,
Le brillant joyau de l’horizon.

Peer Gynt de Henrik Ibsen

Henrik Ibsen composa « Peer Gynt » en 1867, ce n’est pas au premier abord une pièce de théâtre mais un drame destiné à être seulement lu. La place est laissée, par les indications succinctes des lieux, des personnages, à l’imagination du lecteur. De sa Norvège natale aux côtes marocaines en passant par la montagne des trolls, Peer nous fait voyager à travers l’espace et le temps puisque la pièce le suit de son adolescence à sa mort.
La dimension féérique de l’œuvre nous emmène dans un monde scandinave typique où la réalité frôle la magie, où les hommes côtoient les êtres du petit peuple, mais n’est-ce pas tout simplement le quotidien naturel de la vie nordique ? D’ailleurs Peer lui-même, oscille entre l’homme et l’être surnaturel : hâbleur du début à la fin, instable dans ses actes et pensées, fantaisiste jusque dans ses moindres paroles, incontestable coureur de jupons et pourtant si attachant !
Tout est grandiose, de la nature aux personnages, des paroles aux actes, tout s’exprime dans le jusqu’au-boutisme, dans un dynamisme exubérant. Mais il ne faut pas y voir que cela, malgré le rythme effréné, en sous-entendu, nous percevons une réflexion, une quête même sur le sens de la vie. Chaque personnage est d’un symbolisme éclatant : Solveig, Aase (la mère de Peer), le vieux du Dovre, le fondeur de boutons…indispensables à la mise en situation du héros.
Peer Gynt ne peut exister que dans un classique scandinave : il ose, il vit, il parcourt le monde dans la pure tradition nordique poétique, il est l’héritage d’une culture qui a voyagé en quête d’absolu.

Un régal de lecture et de culture, à lire et relire pour en comprendre toutes les finesses, un bon moment en tout cas en compagnie d’un personnage à qui l’on voudrait bien ressembler…

Pour en savoir plus: Peer Gynt de Henrik Ibsen

Publié dans Non classé

Inspiration scandinave…

Des nouvelles de mon prochain recueil de poésies…

A l'Ombre de l'Arbre sacré

Travail sur le recueil toujours, cette fois-ci plus visuel! J’amorce une pause, petite quand même, dans la poésie pour me laisser du temps à la création au pastel. J’aimerais une belle mise en page, harmonieuse entre les poèmes et les illustrations, agréable à lire et à regarder. Et comme je fais tout moi-même cela demande un temps fou! Je ne délègue pas, c’est sans doute un défaut mais j’ai une idée précise de ce que je veux. Je me refuse à piocher des photos sur le net qui ne seraient pas de moi pour aller plus vite, ça serait bâcler mon travail, les dessins ont autant d’importance que les poèmes!
Cet ouvrage traine donc en longueur, mais comme je ne suis pas une professionnelle, je suis confrontée à des imprévus qui sont plus difficiles à surmonter dans la pratique que dans la théorie. J’apprends donc au fur et à mesure…

View original post 125 mots de plus